Vos contributions

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

Vos contributions

27 Contributeurs
56 Contributions
  • Photo de Alexis Gonce
    Alexis Gonce

    1 : La présence de la nature

    2 : La place des mobilités

    3 : Les formes urbaines

    4 : La mixité des fonctions

    5 : La transformation du parcellaire et du bâti existant

  • Photo de Alexis Gonce
    Alexis Gonce

    1 : La présence de la nature

    2 : Les formes urbaines

    3 : La transformation du parcellaire et du bâti existant

    4 : La place des mobilités

    5 : La mixité des fonctions

  • Photo de Alexis Gonce
    Alexis Gonce

    1 : La présence de la nature

    2 : La mixité des fonctions

    3 : La place des mobilités

    4 : Les formes urbaines

    5 : La transformation du parcellaire et du bâti existant

  • Photo de Olivier Hubert
    Olivier Hubert

    1 : La présence de la nature

    2 : La place des mobilités

    3 : La transformation du parcellaire et du bâti existant

    4 : La mixité des fonctions

    5 : Les formes urbaines

  • Photo de Florence
    Florence

    1 : La présence de la nature

    2 : La transformation du parcellaire et du bâti existant

    3 : La place des mobilités

    4 : La mixité des fonctions

    5 : Les formes urbaines

  • Photo de Florence
    Florence

    1 : La transformation du parcellaire et du bâti existant

    2 : La présence de la nature

    3 : La place des mobilités

    4 : Les formes urbaines

    5 : La mixité des fonctions

  • Photo de Florence
    Florence

    1 : La transformation du parcellaire et du bâti existant

    2 : Les formes urbaines

    3 : La place des mobilités

    4 : La présence de la nature

    5 : La mixité des fonctions

  • Photo de Conseil des Sages SAUTRON
    Conseil des Sages SAUTRON

    1 : Les formes urbaines

    2 : La présence de la nature

    3 : La place des mobilités

    4 : La mixité des fonctions

    5 : La transformation du parcellaire et du bâti existant

    Conseil des Sages ville de SAUTRON

    Les commentaires sont présentés en reflet des questionnements proposés par NM. Les chapitres sont présentés dans l'ordre de priorité.

    1 - Les formes urbaines

     

    o Réglementer les hauteurs en fonction de la largeur de la rue.

    Nous ne sommes pas d'accord sur cette proposition. Par contre la hauteur doit tenir compte du caractère du quartier.

    Résidentiel = R + 1 + attique

    o Rechercher la diversification architecturale des constructions.

    Nous sommes favorables à cette proposition pour éviter l'uniformisation et respecter une certaine harmonisation.

    o Créer des percées visuelles vers les cœurs d'îlots et vers les parcs et système paysager local (cours d'eau, espaces boisés...).

    Avis Favorables

    o Favoriser les logements intermédiaires et les petits collectifs.

    Pas forcément " favoriser ", mais plutôt " permettre ".

    2 - La présence de la nature

    o Protéger la biodiversité dans les îlots (continuité des corridors, perméabilité des clôtures, choix des essences locales).

    Avis Favorables

    o Réglementer la pleine terre et tous les systèmes végétaux, qui favorise la canopée (retraits paysagers en pleine terre, continuité des vues et de la végétation privé/public).

    Avis Favorables

    3. La place des mobilités

     

    o Aménager des liaisons douces, rue-jardins, vers les transports en commun, les

    équipements, entre les quartiers résidentiels, les zones d'activité, pour favoriser tous les modes actifs (marche, vélo, skate) et la mixité et la mutualisation des services.

    OK, pas de remarque.

    o Aménager le stationnement pour le masquer depuis la rue.

    OK, pas de remarque.

    4. La mixité des fonctions

    o Favoriser l'implantation de programmes mixtes sur les voies passantes (logements + activités au RDC)

    Cela ne nous semble pas souhaitable sur SAUTRON, car les activités créent des nuisances.

    Les voies passantes ne doivent pas devenir structurantes avec le risque de dispersion et multiplication incontrôlable des fonctions et ne sont pas indispensables pour ce type de site.

    5. La transformation du parcellaire et du bâti existant

    o Favoriser la densification verticale pour préserver les jardins et le paysage.

    Pourquoi mettre la densification comme une évidence ? La verticalité ne protège ni ne préserve la qualité de vie.

    La solution d'une meilleure répartition des ressources du territoire avec une vue plus large permettrait de ne pas sur-urbaniser.

    Aujourd'hui, des villages et petites villes meurent et se désertifient au profit des grandes métropoles qui ne savent plus gérer leur surface sans entasser la population.

    Sautron est déjà très densifiée et la réserve foncière est inférieure à 4% de sa surface constructible.

    A Sautron on voit de la densification horizontale qui supprime les jardins et la végétation, sans aucun contrôle, sans état d'âme de la part des promoteurs et propriétaires.

    On a vu aussi de la densification verticale rue de Bretagne (et pas seulement) où les espaces verts et les espaces de respirations ont été les parents pauvres des transactions commerciales.

    Il nous semble que la question qui doit nous préoccuper pour les années à venir est de savoir comment éviter ces 2 écueils pour préserver la qualité de vie.

  • Photo de Conseil des Sages SAUTRON
    Conseil des Sages SAUTRON

    1 : La transformation du parcellaire et du bâti existant

    2 : La place des mobilités

    3 : La présence de la nature

    4 : Les formes urbaines

    5 : La mixité des fonctions

    Conseil des Sages de la ville de Sautron.

    Introduction

    Suite aux balades urbaines organisées dans le cadre de l'élaboration du règlement du PLUM, le Conseil des Sages s'est soucié d'adapter les réflexions métropolitaines au cadre particulier de Sautron.

    Historique des réglementations en zone rurale et de leurs conséquences.

     

    Avant POS promulgué en 1978

     

    minimum de 5000 m2 pour construire voire 10 000 en bordure d'un ruisseau

    emprise des voies d'accès : largeur 8 mètres.

    Conséquences

    construction de voiries et assainissement

    valorisation des espaces construits par végétalisation, aires de jeux, etc..

    POS promulgué en 1978

    plus de possibilité de construire en zone rurale à l'exception des exploitants agricoles.

    Sur les habitations existantes, possibilité d'extension mesurée (20 m2) sans toucher au parcellaires et leurs aménagements.

    Les hameaux du Breil et de Bon Garand sont classés constructibles dans un périmètre défini qui inclus quelques prairies.

    PLU promulgué en 2007

    Les hameaux du Breil et de Bon Garand restent classés en zone constructible dans les limites fixées par le POS - zone UC

    Création d'une zone NH pour les habitations existantes isolées et les hameaux autres que le Breil et Bon Garand.

    Le tracé des zones NH réduit les périmètres des parcelles isolées autour des

    habitations existantes, sans tenir compte des aménagements existants. Ce tracé fait sans réflexion suffisante comporte des incohérences, exemple :

    Une habitation qui disparait,

    Une limite NH à l'aplomb de façade sud (interdisant la construction de véranda)

    Une limite qui exclut un potager, interdisant l'implantation d'une serre sauf devant l'habitation.

    Possibilité d'extension des habitations (50 m2)

    Création de zone naturelle NN et NNSCréation de zones agricoles à réserver à l'agriculture et qui intègre les zones aménagées et équipées autour de zone NHLe PEAN, calqué sans réflexion supplémentaire sur les zonages ci-dessus, intègre les mêmes incohérences.

    REFLEXIONS AUTOUR DU CARNET DE BALADE

    1 - La transformation du parcellaire et du bâti existant

     

    Le Plum devra chercher à résoudre les incohérences issues du tracé des zones NH, par exemple en revenant aux limites des parcelles aménagées (clôtures existantes)

    Distinguer 2 situations :

    Les hameaux (hors zone UC) tels que : la Trimossière, la Goulière, la Trourie etc.. qui pourraient être classés en zone UC de manière identique à Bon Garand et le Breil.

    Pour Bon Garand et le Breil redéfinir les limites pour exclure des prairies et inclure des zones enclavées (qui sont classées aujourd'hui zone agricole)

    L'habitat diffus :

    Revoir les limites créées en 2007 et les ramener à ses limites initiales

    Autoriser des extensions et permettre la modernisation de ses équipements pour favoriser le renouvellement facteur de vie ; rendant également possible la solidarité générationnelle.

    - Réserver des parcelles pour créer des espaces de convivialité dans les cœurs de hameau.

    2 - La place des mobilités

     

    Grande priorité : entretenir les voies et chemins (certains sont devenus impraticables)

    Eliminer les points dangereux : nids de poule, bords de chaussée dégradés.

    Faire supprimer les haies dans les carrefours et virages pour permettre la visibilité et limiter les risques d'accident.

    Installer des miroirs.

    Faire aboutir le projet de circulation douce le long du Cens de Sautron jusqu'à la Goulière et desservant le Breil et Bon Garand.

     

     

     

    3 - La présence de la nature

    Notre nature, entre la vallée du Cens et de la Chézine, est remarquable ; il faut tout faire pour la préserver mais aussi pour l'entretenir.

    Les habitats diffus construits sur de très grande parcelle ont participé à son amélioration en végétalisant des espaces initialement en prairie ; ceci apparaît très clairement sur google earth. Les habitants entretiennent les espaces et maintiennent le lien social avec les agriculteurs.

     

    3 bis - L'agriculture à Sautron

    Les exploitations agricoles, au nombre d'une trentaine dans les années 1970, ne sont plus que 7 aujourd'hui et la question se pose dans les années à venir de leur pérennisation et sous quelle forme.

    Une réflexion avec les agriculteurs paraît nécessaire pour penser l'avenir.

    De plus en plus de citadins cherchent des prairies pour y mettre en pension des chevaux de loisir. La qualité exceptionnelle des espaces naturels est favorable aux promenades équestres. C'est une des évolutions qui pourrait être prise en compte dans la réflexion proposée.

    4 - Les formes urbaines

     

    Permettre la diversification du bâti dans le respect de l'identité paysagère est un impératif que nous partageons.

    1. La mixité des fonctions : RAS

    Conclusion

    Bien que hiérarchisées de 1 à 5, ces remarques sont un ensemble qui, nous l'espérons, contribueront à l'élaboration du règlement du PLUM.

  • Photo de Conseil des Sages SAUTRON
    Conseil des Sages SAUTRON
    L'utilisateur a supprimé la contribution

Ressources

Contribuer sur les 3 sites

Vous pouvez avez pu donner votre avis sur la priorisation des objectifs réglementaires des différents sites: 

 logo_hameau.png  Site de hameau
  logo_residentielle.png Site à dominante résidentielle
logo_developpement.png Site à fort potentiel de développement

Retrouver les contributions de la phase PADD Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre